La CASUM face au processus de nomination du prochain rectorat

La CASUM face au processus de nomination du prochain rectorat

Par Caroline Blier-Langdeau, responsable à la mobilisation (2018-2019)

 

Depuis le début de l’été dernier, la CASUM (Coalition des Associations et Syndicats de l’Université de Montréal)[1] s’est rencontrée à de nombreuses reprises dans le but de faire face à la nouvelle mouture du processus de nomination du prochain rectorat incluse dans la nouvelle charte et les nouveaux Statuts et règlement de 2018. Le deuxième mandat du recteur actuel, Guy Breton, se terminant cette année, la course au rectorat est donc ouverte et c’est pourquoi nous croyons qu’il est important de faire connaître à la communauté universitaire les enjeux qui y sont liés, soit que la campagne de nomination repose presqu’entièrement sur le pouvoir décisionnel du Conseil de l’Université[2].

Les changements en question rendent le processus beaucoup plus opaque pour l’ensemble de la communauté universitaire. Par exemple, un comité de consultation a été mis sur place afin de rencontrer la communauté et de dresser le profil recherché. Par la suite, en juin 2019, un rapport de consultation a été déposé à l’Assemblée universitaire, et ce, sans vote consultatif. Le conseil de l’UdeM a, par après reçu ce rapport lançant du même coup l’appel de candidatures. Plusieurs étapes restent encore à venir :

-Le 31 octobre 2019, il y aura la diffusion sur le site Web du secrétariat général de la liste des personnes candidates qui auront rendu publique leur candidature;

-Le comité de consultation invitera du 11 au 20 novembre 2019 les membres de la communauté universitaire durant des audiences publiques à se prononcer sur les personnes candidates qui auront décidé de rendre leur candidature publique;

-Les personnes candidates rencontreront par la suite uniquement le comité de consultation, les autres instances (syndicats, associations…) de l’Université ne pourront pas, quant à elles, participer aux échanges; -Le comité de consultation émettra une liste de recommandations et déposera son rapport final en janvier 2020 pour que finalement, le Conseil de l’Université ne nomme le prochain rectorat en février 2020.

Le cœur du problème provient de la possibilité qu’obtiennent maintenant les personnes candidates de postuler de manière anonyme. En effet, cette nouvelle règle est problématique de plusieurs manières. Premièrement, les candidatures pouvant rester confidentielles, la communauté universitaire ne peut pas se prononcer, lorsque consultée, en ayant en mains l’information la plus importante, soit la liste complète des personnes candidates. D’autant plus, ces dernières, ne sont pas tenues de rencontrer la communauté universitaire. De plus, la liste des candidatures est envoyée au Conseil de l’Université sans que l’Assemblée Universitaire n’ait la chance de se prononcer à son sujet. La personne nommée par le Conseil pourrait se trouver parmi les personnes qui ont gardé leur candidature anonyme et ne pas provenir de la liste de recommandations du comité de consultation. Et dernièrement, l’instance qui nomme le prochain rectorat est composée majoritairement de personnes ne faisant pas partie de la communauté Universitaire.

Pour faire face à ces enjeux les différents syndicats et associations se sont mobilisés à travers de nombreuses actions afin de les faires connaître à l’ensemble de la communauté universitaire. Par exemple, sur l’heure du midi précédant la première Assemblée universitaire de l’année 2019-2020, nous avons organisé un tournoi de Qui est-ce? (Guess Who) dans le hall d’honneur afin de faire acte de présence et de dénoncer l’absurdité du processus. Nous en avons profité pour distribuer des prospectus aux personnes de la communauté universitaire de passage dans le hall d’honneur. Nous avons par la suite organisé des actions de sensibilisation dans différents pavillons du campus où il était question de proposer aux membres de la communauté universitaire de tourner une roulette sur laquelle sont collées des images des personnages du jeu Qui est-ce? pour voter pour le prochain rectorat, pour ensuite déchiqueter devant leurs yeux le papier sur lequel ils avaient écrit ledit résultat que la roulette aura produit. Plusieurs actions similaires restent encore à entreprendre jusqu’à la fin du processus de nomination.

Les membres de la CASUM comprennent qu’il ne sera pas possible ne dévier le processus actuel du recteur mais cette campagne de mobilisation et de sensibilisation n’est que la phase un d’un projet plus vaste. En effet, nous souhaitons que l’Université de Montréal se dote d’un processus de nomination du recteur plus transparent et qui prend plus en compte l’opinion de la communauté universitaire. Au cours des prochaines années nous avons l’intention de continuer notre collaboration afin de se doter d’outils plus concrets pour que cela advienne.

[1] Pour ce projet, celle-ci est composée de l’AGÉÉFEP, la FAÉCUM, le SEEUM-1186, le SERUM, le SÉSUM, le SEUM1244 et le SGPUM

[2] Voici la constitution de ce dernier : « Le conseil se compose des membres suivants : a) le recteur; b) le chancelier; c) six membres nommés par l’assemblée universitaire, soit quatre professeurs de carrière, un chargé de cours et un membre provenant des autres catégories du personnel; d) trois membres nommés par un conseil représentant les étudiants de l’université; e) quatre membres indépendants nommés par le conseil après consultation d’un conseil représentant les diplômés de l’université; f) deux membres indépendants nommés par le gouvernement, sur la recommandation du ministre responsable de l’enseignement supérieur; g) au plus cinq autres membres nommés par une résolution du conseil, adoptée par au moins les trois quarts de ses membres; h) le directeur de l’École Polytechnique de Montréal, et ce, tant que l’affiliation existe; i) le directeur de l’École des Hautes Études Commerciales de Montréal, et ce, tant que l’affiliation existe. Les membres indépendants doivent représenter au moins la majorité, et au plus les deux tiers, des membres du conseil. La désignation des membres doit viser à refléter la diversité de la société et à disposer des compétences nécessaires. » https://secretariatgeneral.umontreal.ca/documents-officiels/charte/le-conseil-de-luniversite/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *