Toute heure formée doit être payée!

L’automne dernier, le SÉSUM (Syndicat des étudiantEs salariéEs, et les assistantEs techniques non-étudiantEs) a débuté une campagne pour la rémunération de la formation obligatoire sur les violences à caractère sexuel. Suite à la directive demandant aux membres du personnel de suivre une formation obligatoire en lien avec la nouvelle politique, nous avons reçu la confirmation de la part de la Direction des ressources humaines que les étudiantEs salariéEs ne recevraient pas de rémunération, malgré que ce sont des membres du personnel de l’Université à part entière.

Il s’agit d’une discrimination basée sur le statut d’étudiantE, puisque tous les autres membres du personnel sont somméEs de suivre cette formation sur leurs heures de travail, impliquant qu’elle est rémunérée. Cette rémunération serait fournie à tous les membres du personnel excepté aux membres du SÉSUM, soit les étudiantEs salariéEs, et les assistantEs techniques non-étudiantEs.

Suite à cette constatation, le SÉSUM a déposé un grief syndical en s’appuyant sur l’article 6.04 de la convention collective non-étudiante et l’article 6.05 de la convention collective étudiante. Nous avons aussi déposé 41 griefs individuels de membres ayant suivi la formation sans recevoir la rémunération qui leur est due.

Les infractions sont nombreuses: Cette pratique de l’employeur contrevient, entre autre, aux articles 10, 16 et 46 de la Charte québécoise des droits et libertés; à l’article 57 (4º) de la Loi sur les Normes du Travail; à l’article 3 alinéa 3 (3º) de la Loi visant à prévenir et à combattre les violences à caractère sexuel dans les établissements d’enseignement supérieur; à l’article 6.4 alinéa 4 de la Politique visant à prévenir et à combattre les inconduites et les violences à caractère sexuel (interne à l’Université de Montréal); et aux articles ci-haut mentionnées de nos conventions collectives. Bref, la pratique serait véritablement illégale.

Le 24 février dernier, l’Université a envoyé de nouveau un courriel aux membres du personnel avec l’obligation de suivre la formation sur les violences à caractère sexuel. Elle n’a toujours pas l’intention de rémunérer les membres du SÉSUM, malgré le fait que nous leur avons transmis l’information selon laquelle l’Université du Québec à Trois-Rivières a accepté de rémunérer tout le monde, sans dépôt de grief. Ce développement a eu pour effet de créer un mouvement intersyndical universitaire sur la question.

Récemment, l’Université de Montréal ignorait ces griefs, les laissant sans réponse. Due à la crise de la Covid-19, le SÉSUM a pris l’initiative d’exiger la suspension des délais de traitement des griefs, ce que nous avons obtenu.

Nous poursuivons alors la campagne, puisque chaque heure de formation doit être rémunérée.

COMMENT PUIS-JE RÉCLAMER MA RÉMUNÉRATION?

Étape 1 : Vérifier si le contrat d’auxiliaire d’enseignement, d’auxiliaire de recherche ou d’assistantE technique est actif:

À distance, connectez-vous au VPN de l’Université au vpn.umontreal.ca. Puis, sélectionnez Libre-service Synchro et entrez vos informations de nouveau.

Dans l’onglet Données d’emploi, vous pouvez consulter si votre contrat est actif en date d’aujourd’hui.

Étape 2 : Suivre la formation obligatoire sur les violences à caractère sexuel pour les membres du personnel:

Important! La formation suivie doit bien être celle pour les membres du personnel (et non celle pour étudiantEs), puisque c’est celle-ci pour laquelle le SÉSUM réclame une rémunération pour ses membres.

Celle-ci est disponible via ce lien : https://studium.umontreal.ca/course/view.php?id=169720.

Étape 3 : Nous envoyer un courriel à : interne@sesum.org, ou coordination@sesum.org  pour nous confirmer que la formation a été suivie:

Vous entrerez alors en contact avec la responsable à la mobilisation du SÉSUM, Nabila Kounda ou le responsable à la coordination, Rolman-James Gobeille-Valenzuela, qui pourra noter que vous souhaitez déposer un grief.

Étape 4 : Vérifier vos courriels régulièrement car vous recevrez deux courriels:

  • Le premier est un courriel de confirmation qu’on vous a inscrit dans notre liste de la campagne;
  • Le second est pour vous contacter lorsque ce sera le temps de procéder à la signature et au dépôt du grief.

N’hésitez pas à nous contacter si vous avez des questions.